L’Alzheimer sera évité si vous adaptez ce mode de vie !

Les dangers de L'Alzheimer:

L’enjeu est énorme … le fait d’essayer de prévenir la maladie d’Alzheimer est un grand défi, ce dernier est devenu une perspective mesurable.

Les nouvelles ne sont rassurantes, malheureusement, dans le monde quelque 50 millions de personnes souffre aujourd’hui de cette démence liée à l’âge ; si rien n’est fait, elles devraient être 152 millions en 2050.

Le coût global actuel lié à cette affection est estimé à mille milliards de dollars par an (850 milliards d’euros).

Comment maîtriser cette maladie ?

Comme maladie, on ne peut pas empêcher la survenue. Mais on peut certainement repousser de plusieurs années l’apparition de ses symptômes. C’est vrai que de nos jours les gens mourront d’une autre affection (maladie cardio-vasculaire ou bien cancer etc … avant que les troubles cognitifs même commencent à se manifester .

Selon les experts ces troubles ne surviennent que 20 à 30 ans après le début du processus de dégénérescence du cerveau. Donc à ce niveau-là, on a encore la possibilité d’en freiner l’évolution tout en maîtrisant les facteurs qui jouent un rôle accélératif.

Douze de ces facteurs de risque ont été passés au crible d’une étude publiée le 30 juillet dans la revue The Lancet. Verdict : en contrôlant chacun d’eux, on pourrait prévenir ou retarder jusqu’à 40 % des cas d’Alzheimer – et plus encore dans les pays à faible et moyen revenus, où vivent les deux tiers des personnes touchées.

En fait ce travail prolonge une étude publiée en 2017 dans la même revue, qui chiffrait l’impact de 9 facteurs de risque. Ici, les auteurs en ajoutent 3 autres : les traumatismes crâniens, la pollution de l’air et l’abus d’alcool…

Si on veut résumer chez l’enfant et le jeune adulte, on préviendrait ou retarderait 7,1 % des cas d’Alzheimer en élevant le niveau d’éducation.

Plus tard, entre 45 et 65 ans, on préviendrait ou retarderait 8,2 % des cas d’Alzheimer en corrigeant les pertes auditives ; 3,4 % en évitant les traumatismes crâniens même légers ; 1,9 % en maintenant une pression artérielle systolique égale à 130 mmHg au plus ; 0,8 % en limitant sa consommation d’alcool à 3 verres par jour ; 0,7 % en luttant contre l’obésité.

Même à plus de 65 ans, on peut agir : en arrêtant le tabac, on préviendrait ou retarderait 5,2 % des cas ; en traitant la dépression, 3,9 % ; en luttant contre l’isolement social, 3,4 % ; en maintenant une activité physique, 1,6 % ; en traitant le diabète, 1,1 % ; en limitant l’exposition à la pollution de l’air, 2,3 %.

L’espoir de retarder cette maladie existe encore, il faut juste adapter un mode de vie plus sain et plus équilibré, afin d’éviter le développement des facteurs qui accélèrent l’Alzheimer.