Tu n'auras pas besoin de péridurale pour ton accouchement !

Saviez-vous que vous pouvez soulager la douleur pendant votre accouchement sans le besoin d'une péridurale !

Il y a d'autres techniques pour vous aider à soulager la douleur pendant l'accouchement .Mais il faut en parler avec l’équipe de la maternité avant la naissance afin de déterminer ce qu’il est possible ou non d’envisager.

1)Les contre-indications médicales:

Des troubles de la coagulation, une allergie au produit anesthésiant, certaines maladies neurologiques sont des contre-indications formelles à l'anesthésie péridurale. Tout comme une infection cutanée au point de ponction ou une poussée de fièvre le jour de l'accouchement.

Certaines pathologies lombaires peuvent également être un obstacle. Enfin, un fort surpoids ou une malformation vertébrale peuvent entraîner des difficultés lors de la pose du cathéter.

La présence d'un tatouage dans la zone où l'anesthésiste va injecter le produit anesthésiant ne pose par contre aucun problème. La consultation obligatoire avec un anesthésiste au cours du 8ème mois de grossesse permet de s'assurer de l'absence de contre-indications à la péridurale.

2)Les motivations personnelles au refus de péridurale:

En fait, En France, près d'1 femme sur 4 envisage d'accoucher sans péridurale. Parmi les raisons de ce refus, on peut retrouver :

  • L'envie d'un accouchement moins médicalisé. L'anesthésie péridurale nécessite la pose d'une perfusion et d'un cathéter qui vont limiter la possibilité de se lever. Or il est reconnu que pouvoir marcher et se positionner à sa guise pendant le travail, voire pendant l'expulsion, facilite la sortie du bébé.
  • La crainte de ne pas vivre pleinement l'accouchement. Même si c’est de plus en plus rare, il peut en effet arriver que la dose d'analgésiant soit si forte que la future maman ne ressent plus les poussées.
  • La peur des effets secondaires de la péridurale. Il peut arriver que la péridurale soit à l'origine de maux de tête durant parfois quelques jours. Ces céphalées s’expliquent par la perforation de la dure-mère, une membrane entourant la moelle épinière, et l’écoulement d’un peu de liquide céphalo-rachidien.
  • Ce n’est pas dangereux mais il faut alors rester le plus souvent allongée possible durant les jours qui suivent l’accouchement, le temps que tout rentre dans l’ordre. Si ce n’est pas le cas, une légère intervention pour colmater la brèche de la dure-mère peut s’avérer nécessaire.
  • Autres douleurs possibles, des douleurs lombaires, mais elles ne résistent pas aux analgésiques classiques. Quant à la crainte de rester paralysée, cet évènement est devenu rarissime.
  • Enfin, s'il est vrai que le nouveau-né reçoit une dose de produit analgésiant, ce dernier passant dans la circulation maternelle, cela n’a aucune incidence sur sa santé et son développement.

ça peut arriver que la mère peut changer d'avis au dernier moment.

C'est pour cette raison qu'il est obligatoire de rencontrer un anesthésiste avant l'accouchement, que l'on ait ou non prévu une péridurale.

Il arrive en effet que des femmes ayant envisagé une péridurale s'en passent car l'accouchement est rapide et l'intensité des contractions supportable.

A l’inverse, malgré une excellente préparation, tout le monde a le droit de se laisser submerger. Il est alors rassurant de se dire que rien n’est figé et que l’on peut changer d’avis, en gardant toutefois en tête que le produit met une quinzaine de minutes à faire effet.

L'accouchement sans péridurale est-il plus rapide ?

On ne peut pas dire que l'accouchement sans péridurale va être plus rapide. C'est vrai que la péridurale peut diminuer un peu l’intensité des contractions et par conséquent allonger la durée du travail. Mais elle peut aussi contribuer à décontracter et donc à dilater le col de l’utérus plus rapidement.

3)Les alternatives possibles:

Même si , ces alternatives ne peuvent pas avoir la même efficacité ou bien le même effet que la péridurale . Ces techniques peuvent aider à gérer la douleur lors du travail et de l'expulsion. Voila on a préparé pour vous une liste des alternatives possibles:

*La préparation à la naissance et à la parentalité:

Se préparer à vivre plus sereinement l'accouchement est l'un des principaux objectifs des 8 séances de préparation à la naissance et à la parentalité proposées à toutes les futures mamans. Ces préparations peuvent s'appuyer sur de la sophrologie, de l'hypnose, du chant prénatal, de l'haptonomie !

*L’inhalation de protoxyde d’azote:

Un masque à appliquer sur le nez délivre du protoxyde d'azote, un mélange gazeux analgésique. L'inhalation doit débuter 30 secondes avant les contractions si elles sont régulières et au moment des contractions si elles sont irrégulières. L'inhalation doit cesser au moment où la contraction commencer à s'estomper.

*La stimulation nerveuse transcutanée:

Un petit appareil, le TENS, est relié par 4 électrodes à votre dos. En délivrant un faible courant électrique absolument indolore, il va bloquer les messages de douleur émis vers le cerveau et stimuler la production d’endorphines, un analgésique naturel. La future maman contrôle elle même l’intensité du courant sur le clavier de l’appareil.

*L’acupuncture:

L’acupuncture est d’une grande aide pour soulager tous les petits maux de la grossesse. Le jour J, elle est tout aussi utile : elle agit bien entendu sur la douleur, mais aussi sur la dilatation du col et l’assouplissement du périnée. Certaines sages-femmes sont formées à l’acupuncteur. Il peut même arriver que les maternités acceptent d’accueillir le médecin acupuncteur de la future maman en salle de travail. A condition bien sûr d’en avoir discuté au préalable.

*Une position physiologique:

Il y a une autre position au lieu de rester allongée tout le temps , le plus important en ce moment c'est de rester à l'écoute de son corps . On trouve que certaines femmes vivent mieux les contractions en marchant

Et à condition que l'équipe médicale soit réceptive à ce type de démarche, rien n'empêche de faire sortir bébé en étant allongée sur le côté ou en étant accroupie. Ces positions sont en effet connues pour faciliter l'expulsion.

*Un bain chaud:

Certaines maternités sont équipées de baignoires, non pas pour pratiquer des accouchements dans l'eau, mais pour permettre aux futures mamans d'y passer une partie du travail. Elles peuvent ainsi profiter des vertus apaisantes et décontractantes de l’eau chaude quand les contractions sont un peu dures à gérer.

*Des massages:

ça va être très efficace , à mains nues ou en utilisant une huile essentielle adaptée à la grossesse , un léger massage des jambes et des bras va permet de décontracter les muscles noués . et c'est comme ça qu'elle peut au moins supporter les tensions provoquées par les contractions.

Bien aussi qu'un massage des reins, du bassin et du sacrum pourra soulager les douleurs lombaires.

Ces massages sont généralement effectués par une sage-femme, mais ils peuvent aussi être pratiqués par le futur papa.

Que pensez-vous ? Avez-vous déjà eu une péridurale pendant votre accouchement ou non ? Que pensez-vous comme futur maman , vous aurez assez de courage d'accoucher sans le besoin de péridurale ? Partagez avec nous votre expérience