Pourquoi les parents hésitent-ils à faire vacciner leurs enfants ?

Pourquoi les parents hésitent-ils à faire vacciner leurs enfants ?

L’hésitation vaccinale est un problème mondial.

Un siècle après la pire épidémie de grippe dans le monde, la propagation rapide de la désinformation, mine la confiance dans les vaccins pourtant cruciaux pour la santé publique et risque d’entrainer de nouvelles épidémies.

L’hésitation à se faire vacciner :

La plupart des gens acceptent l’offre de vaccination lorsqu’elle est disponible, mais certains hésitent.

Les gens hésitent à se faire vacciner pour deux raisons principales;

  • La première est qu’ils ont des questions et des préoccupations raisonnables auxquelles ils souhaitent que l’on réponde.
  • La seconde est l’influence des fake news.

Opinions les plus fréquentes sur l'intérêt de la vaccination :

  • Les maladies ont disparu, il est inutile de continuer à vacciner
  • Mon enfant n’a pas besoin d’être vacciné car il est en bonne santé
  • Mon enfant n’est pas exposé car il n'est pas en collectivité
  • Le déclin des maladies est indépendant des vaccins
  • Mon enfant est déjà protégé puisqu’il est allaité
  • Mon enfant non vacciné est protégé par les autres enfants vaccinés
  • Les vaccins empêchent mon enfant de développer son immunité naturelle
  • Le vaccin est « antinaturel »
  • Les vaccins ne sont pas efficaces à 100% (beaucoup de personnes vaccinées sont cependant malades)
  • Les maladies à prévention vaccinale sont bénignes
  • Si les vaccins recommandés étaient importants, ils seraient obligatoires / L’absence de remboursement signifie que ce vaccin n’est pas important
  • Je ne suis pas d’accord avec l’âge recommandé du vaccin (Exemple des infections sexuellement transmissibles comme VHB et HPV)

Une personne sur trois hésite à faire vacciner son enfant :

L'un des plus prometteurs est connu sous le nom de modèle 5Cs, qui prend en compte les facteurs psychologiques suivants :

  1. Confiance : la confiance de la personne dans l'efficacité et la sécurité des vaccins, dans les services de santé qui les proposent et dans les décideurs politiques qui décident de leur déploiement.
  2. Complaisance : la personne considère-t-elle ou non la maladie elle-même comme un risque sérieux pour sa santé ?
  3. Calcul : l'engagement de l'individu dans une recherche d'informations approfondie pour peser les coûts et les avantages.
  4. Contraintes ou commodité : facilité d'accès au vaccin pour la personne en question
  5. la responsabilité collective : la volonté de protéger les autres de l'infection par sa propre vaccination.

Quelles sont les principales raisons invoquées dans l'hésitation de la vaccination ?

La grande majorité des parents vaccinent leurs enfants, mais 35 % des parents hésitent.

Pour ce tiers des parents d’enfants qui ne reçoivent pas toute la couverture vaccinale ou tardent à faire vacciner leurs enfants, ce qui s’exprime ce sont des préoccupations sur le nombre et la sécurité des vaccins pour des maladies perçues comme bénignes, telles que la grippe, la varicelle ou le rotavirus humain.

Il y a un manque de connaissances, mais aussi beaucoup de scepticisme à l’égard de la science et des politiques publiques.

Même si le lien avec l’autisme a été démenti, un quart des parents le rapportent.

Il y a aussi la peur d’épuiser le système immunitaire d’un bébé en santé pour prévenir quelque chose qu’ils perçoivent comme hypothétique.

Nous voici arrivés à la fin J’espère que cet article t’aura été utile! Si tu as aimé n’hésites pas à partager et même à le faire savoir en commentaire ça fait toujours plaisir de te lire