Oreille qui siffle, comment la reconnaître ?

Avez-vous souffert de ce problème ?

Voulez vous savoir de quoi il s'agit vraiment ?

En fait c'est un bruit parasite que la personne entend alors qu’il n’y a généralement pas de source auditive réelle. Ce sifflement peut être perçu dans une oreille ou les deux, de façon occasionnelle, intermittente ou continue.

Pour qualifier ces bruits parasites qui peuvent prendre différentes formes outre le sifflement – bourdonnement, martellement, cliquetis… - on utilise le terme générique d’acouphènes. On distingue les acouphènes objectifs, très rares, liés à un bruit réel et mesurable, et les acouphènes subjectifs, beaucoup plus fréquents.

Certaines personnes atteintes de sifflement d’oreille souffrent également d’une hyperacousie, à savoir une intolérance aux bruits forts ou ont une perception forte de sons perçus normalement comme faibles.

1)Les facteurs de risque:

Certaines personnes sont plus sujettes à développer des sifflements d’oreille :

  • Les personnes âgées.
  • Les hommes sont plus touchés que les femmes.
  • Les personnes exposées au bruit de par leur profession notamment.
  • Le stress n’est pas un facteur de risque, mais il peut augmenter la perception de de ce sifflement et donc aggraver son impact sur la qualité de vie.

2)Les causes des oreilles qui sifflent:

De multiples causes peuvent être à l’origine de ces sifflements d’oreille temporaires ou continus.

  • L’exposition à une source sonore très forte
  • .
  • Suite à un son violent ou un choc.
  • Un bouchon de cérumen.
  • L’hypertension artérielle.
  • La perte d’audition due à l'âge.
  • Une anomalie de l’oreille interne.
  • La prise de certains médicaments.
  • La maladie de Ménière.

3)Risques et complications de l'oreille qui siffle:

Complications associée à la cause du sifflement d'oreille:

  • Un bouchon de cérumen peut entrainer une baisse transitoire de l'audition.
  • L’hypertension est un important facteur de risque maladies cardio-vasculaires, insuffisance rénale, lésions de la rétine.
  • Altération de la qualité de vie.

4)Traitement et prévention de l'oreille qui siffle:

  • Le traitement de l’oreille qui siffle sera celui de la maladie ou du problème sous-jacent, si toutefois ils sont identifiés.
  • Le bouchon de cérumen peut être retiré par le médecin ORL, en cabinet. Pour le prévenir, il est conseillé d’éviter d’utiliser des coton-tiges . Un simple nettoyage du conduit externe, à l’eau ou avec un coton, suffit.
  • Pour prévenir les sifflements d’oreille consécutifs à une exposition sonore trop intense, il est conseillé de porter des bouchons d’oreille et de rester loin des enceintes lors des concerts. Après exposition à une source sonore intense, il est recommandé de se reposer dans le silence pour laisser ses oreilles récupérer.

En cas de sifflements d’oreille persistants et dont la cause demeure inconnue ou impossible à traiter, différents techniques existent :

  • Le générateur de son blanc : cet appareil diffuse, dans l’oreille atteinte, un son blanc à faible volume, permettant de masquer le sifflement.
  • Le port d’un appareil auditif.
  • La thérapie thérapie cognitivo-comportementale ne permet pas de supprimer complètement les acouphènes, mais elle améliore la façon dont le patient les perçoit et y fait face, avec une amélioration importante des scores de dépression et de la qualité de vie, selon une méta-analyse.
  • La Thérapie acoustique d’habituation (TAH) ou Tinnitus Retraining Therapy (TRT) consiste notamment à reprogrammer son cerveau afin qu’il filtre les sons de façon sélective, ce à l’aide de différents outils comme des techniques de relaxation et de diversion de l’attention, etc.

Voilà pour vous tout un résumé qui contient les plus importants points concernant l'oreille qui siffle ! N'hésitez pas de partager l'article avec vos amis et avec vos proches !