Les meilleures méthodes pour arrêter de fumer

Les meilleures méthodes pour arrêter de fumer

Chaque fumeur est unique

Chaque fumeur est différent. Sa façon d'arrêter de fumer ne sera pas celle de son voisin ou même de son conjoint. D'ailleurs, il est difficile d'affirmer qu'une méthode est meilleure qu'une autre.

C'est le jour J, vous avez décidé d'arrêter de fumer. Seul ou accompagné, avec ou sans consultation chez un tabacologue, une volonté de fer et une méthode de sevrage qui correspond à vos besoins.

Comment choisir celle qui vous conviendra ?

Comment arrêter de fumer?

Beaucoup de fumeurs arrêtent sans aide, mais ce n'est pas toujours possible. On n'est pas tous égaux face à la dépendance. Peut-être que la dépendance est trop forte pour réussir un arrêt sans aide.

arrêter exige une vraie motivation, d’autant qu’aucune méthode n’est totalement efficace.

Celles qui ont essayé puis replongé ne doivent pourtant pas se décourager : il est fréquent de faire plusieurs tentatives avant de réussir. « Toute tentative est bénéfique, en permettant d’acquérir de l’expérience et de progresser peu à peu vers l’arrêt définitif », rassure le Docteur Christophe Cutarella, psychiatre, addictologue et tabacologue au sein de la Fondation Ramsay Générale de santé.

Est-ce votre cas?

Avez-vous déjà essayé mais sans succès?

Ne vous en faites pas! De chaque tentative, vous pouvez tirer des expériences pour le prochain arrêt. Et, avec de l’aide, vous augmentez encore vos chances de réussite. Utilisez donc cette aide! Elle existe.

Quelle méthode pour arrêter de fumer ?

Il existe de nombreuses méthodes pour arrêter, mais aucune d’entre elles n’est une méthode miracle

Les substituts nicotiniques :

Les substituts nicotiniques fonctionnent très bien, s'ils sont bien utilisés. Il peut s’agir de gommes à mâcher, de patchs à appliquer sur la peau, de nicotine à aspirer grâce à un inhalateur, en pulvérisation buccale ou en comprimés à sucer ou à faire fondre sous la langue. Ils sont disponibles librement en pharmacie, sans ordonnance.

Une synthèse de plus de cent études a démontré que ces substituts nicotiniques seraient efficaces.

Patchs, gommes, pastilles, chewing-gum ou encore inhaleurs permettent de soulager les symptômes liés au manque de nicotine.

Ils vous éviteront l’irritabilité, la nervosité, l’angoisse, la dépression, les problèmes de concentration et les troubles du sommeil.

Le Dr Peim rappelle que pour être efficaces, les patchs, les comprimés ou encore les gommes doivent être utilisés au juste dosage : si la quantité de nicotine est insuffisante, les substituts, quels qu'ils soient n'auront pas l'effet souhaité.

Méthodes alternatives:

Pour l’arrêt du tabac, il existe des méthodes alternatives comme l’acupuncture, la thérapie laser, l’acupressure, l’auriculothérapie ou encore l’hypnose.

L’efficacité à long terme de ces méthodes pour l’arrêt du tabac n’est cependant pas prouvée scientifiquement.

Le soutien par un professionnel de la santé ainsi que les substituts nicotiniques et les autres médicaments qui ont fait la preuve de leur efficacité sont recommandés en premier lieu pour un arrêt.

Les solutions médicamenteuses :

Pour les gros fumeurs (plus de 15 cigarettes par jour) qui ressentent une dépendance physique.

Ces médicaments psychotropes (Bupropion LP (ou Zyban), Varénicline (ou Champix) permettent de prolonger artificiellement les effets de la dopamine, naturellement sécrétée par l’organisme, et ainsi de neutraliser la sensation de manque provoquée par le sevrage. Ils sont délivrés uniquement sur ordonnance.

Les prix de ces médicaments varient d’une pharmacie à l’autre mais ils sont assez chers et non remboursés par la sécurité sociale.

Ce traitement nécessite toutefois un suivi médical strict et n’est donné qu’en seconde intention chez les adultes ayant une forte dépendance tabagique .

Le recours aux médicaments pour arrêter de fumer est limité en raison des effets indésirables importants qui ont parfois suscité certaines controverses, notamment avec la Varénicline (contre-indiqué chez la femme enceinte).

Les thérapies comportementales :

Une étude scientifique américaine s'est penchée sur la question et a fourni la conclusion : en comparant les meilleures méthodes pour arrêter de fumer, elle indique que les interventions comportementales (consultations de conseil individuelles, consultations par téléphone, méthodes d'auto-soutien) utilisées seules ou avec des substituts nicotiniques et des médicaments, se révèlent les plus efficaces.

Passer à la cigarette électronique :

Le chercheur Matthew Carpenter a étudié les cigarettes électroniques en termes d’utilisation, de comportement et de consommation de nicotine.

Selon les résultats, les personnes qui vapotaient, fumaient en moyenne 37% de cigarettes en moins que les fumeurs du groupe témoin et étaient plus susceptibles d’arrêter définitivement.

"Les cigarettes combustibles représentent la forme la plus nocive d'administration de nicotine et la distribution alternative de nicotine par le biais de la cigarette électronique pourrait réduire considérablement les risques de cancers et autres maladies pour les fumeurs", a déclaré Matthew Carpenter.

Etre radical(e) :

Pour arrêter de fumer, tabac info service conseille de ne pas faire les choses à moitié. Il faut donc, dans l’idéal, fixer une date d’arrêt et s’y tenir.

Après l'arrêt, évitez absolument de reprendre une cigarette, même une seule bouffée.

Débarrassez-vous de toutes les cigarettes, briquets et cendriers.

Demandez à votre entourage de ne pas fumer en votre présence et les premières semaines, évitez les endroits où l'on fume.

Le coaching par téléphone, texto ou mail :

Pour les accros du téléphone qui souhaitent une aide personnalisée.

Le fumeur reçoit tous les jours des textos et vidéos contenant des conseils et des messages d’encouragement pour l’aider à mettre fin à sa dépendance au tabac.

Des tabacologues répondent aux questions ou aident à définir une méthode au 39 89 (0,15 €/min depuis un poste fixe, de 8h à 20h, du lundi au samedi).

Soutien par un professionnel de santé :

Le soutien individuel ou en groupe par un professionnel de la santé augmente les chances de réussite de l’arrêt.

Adressez-vous à votre médecin traitant ou à une consultation d’aide à l’arrêt du tabac

Pour certains, dire stop à la cigarette peut être un véritable défi.

Et vous quelle est la méthode qui vous convient le mieux ?