Des habitudes pour lutter contre la solitude

Des habitudes pour lutter contre la solitude

La solitude et l’isolement social sont très néfastes pour la santé cardio-vasculaire.

De récentes études ont montré que les personnes seules ou privées de relations sociales sont deux fois plus susceptibles que les autres de développer des pathologies graves, comme les maladies cardio-vasculaires.

La solitude peut conduire à la sédentarité, à la prise de poids, à un stress accru lui-même responsable de tabagisme, de mauvaise alimentation et d’hypertension artérielle, plus élevée chez les personnes isolées.

Pour combattre la solitude, il ne faut pas seulement multiplier les initiatives pour sortir de l'isolement, il faut également changer d'état d'esprit et adopter de nouveaux comportements.

Interrogez-vous sur vos besoins

Il est important de hiérarchiser ses besoins et ses manques pour ne pas se tromper de priorité.

Votre sentiment de solitude est-il lié à la perte de liens sociaux ou bien fait-il suite à une rupture amoureuse ou familiale ?

L'important est d'identifier le besoin ou le manque le plus important et le plus pénible pour vous.

Cette identification vous permettra de mieux cibler votre priorité et donc d'y voir plus clair dans vos attentes.

Dormez bien

Les chercheurs ont constaté que le manque de sommeil ou un sommeil de mauvaise qualité avait un effet « désocialisant ».

Non seulement les mauvaises nuits impactent négativement l'humeur et les émotions mais la fatigue et l'irascibilité qu'elles génèrent poussent au repli sur soi.

Veillez donc à optimiser les conditions de votre sommeil.

Pratiquez des exercices de respiration et de relaxation avant le coucher, mangez légèrement, éteignez les écrans (télévision et ordinateur) une heure avant de vous endormir.

Reliez-vous

Il faut garder à l'esprit qu'une vie relationnelle et sociale est tissée de mille et un petits fils différents

Portez-vous volontaire pour nourrir tous les jours les échanges que votre journée vous offre : avec vos collègues, les commerçants que vous fréquentez, vos voisins.

Déjeunez avec vos collègues plus souvent si vous ne le faites pas.

Rejoignez un groupe d'activité (marche, lecture, méditation), une association de quartier (parents d'élèves, culture…)

Combattez la négativité

Les chercheurs ont constaté que le sentiment de solitude et d'isolement rendait les gens plus négatifs et plus critiques.

Deux dispositions qui ne favorisent pas l'ouverture relationnelle.

Commencez par identifier les moments où vos croyances pessimistes ou vos jugements trop critiques prennent le pas sur votre bienveillance et votre confiance dans la vie et dans les autres.

Puis, pour chacune de ces croyances ou constats négatifs, faites-vous l'avocat du diable en vous efforçant de trouver un ou deux arguments qui viennent les contredire.

Vous pouvez aussi noter tous les jours sur un carnet trois de ces événements positifs.

Au fil du temps, le regard que vous poserez sur le monde et les autres sera plus bienveillant. Votre envie de prendre votre place dans un monde moins hostile vous fera alors aller vers les autres plus facilement.

Prenez soin de vous

L'isolement et le repli sur soi non volontaires sont des facteurs de dépression et d'altération de l'estime de soi.

Plus on se sent exclu, moins on s'attribue de valeur personnelle et moins on se traite bien.

Il est donc essentiel de recommencer à prendre soin de soi physiquement et émotionnellement avant de renouer avec les autres.

Soignez votre apparence physique, pratiquez des activités physiques, sportives ou artistiques.

Faites la liste de ce qui pourrait vous procurer du bien-être au quotidien. Et surtout, privilégiez les petits plaisirs, ceux que vous négligez au prétexte que « de toute façon, ce n'est pas ça qui changera votre vie ».

Prenez le temps de lister vos compétences et talents divers et relisez régulièrement votre liste pour rebooster votre confiance en vous.

=> La solitude reste encore taboue dans notre société : les trois quarts de ceux qu’elle touche disent avoir du mal à en parler. Pour la majorité d’entre elles, la solitude correspond à une rupture personnelle à travers le décès d’un conjoint ou d’un proche (58%), un divorce ou une séparation (42%), le vieillissement (43%) ou des problèmes de santé (21%).