Voilà pour vous les ingrédients, pour être heureuse au travail !

Un grand nombre des travailleurs pensent de changer leur emploi parce qu’ils ne sont pas heureux dans celui qu’ils occupent.

Peut-être c'est la bonne solution pour eux , mais en fait il existe différents moyens pour tirer sa dose de bonheur du travail qu’on fait, quel qu’il soit.

Il faut tout d'abord réaliser qu'être heureux au travail ne signifie pas la vie en rose ,sans jamais rencontrer d’embûches ni subir d’intempéries.

«Mais, dans l’ensemble, il importe d’éprouver plus de bien-être que le contraire et de pouvoir s’épanouir», dit celui qui a fait du bonheur au travail sa spécialité. Car à trop longtemps «endurer» un travail qui nous déplaît à nous en chavirer l’estomac, c’est beaucoup plus que des troubles gastriques qu’on risque d’éprouver.

Mais à ce niveau là vous devez comprendre que tout cela va affecter votre santé ; physique et mentale. On va souffrir d'anxiété , dépression , des maladies chroniques et surtout d'insomnie.

Notez bien qu'environ 40% des réclamations pour incapacité au travail sont dues à des problèmes de santé psychologique, dont l’épuisement professionnel.

Une étude américaine parue en 2016 a démontré que le fait de subir pendant plusieurs années de l’insatisfaction au travail augmentait les risques de souffrir d’une maladie chronique, comme le diabète, l’hypertension et des problèmes respiratoires.

Mais heureusement il est fort possible d'identifier quelques ingrédients qui peuvent vous aider à rendre le milieu du travail plus sain et satisfaisant.

Notre boulot nous offre-t-il tout ce qu’il peut pour qu’on y soit heureuse?

1)L’autonomie:

Il faut garder en esprit que le sentiment d’avoir le contrôle sur notre vie est beaucoup plus important que l’argent qu’on gagne quand on pense à accroître notre bien-être.

De nombreuses études ont confirmé tout ça.

Les jeunes, mais aussi des plus vieux, exigent un cadre de travail plus souple et ne tolèrent plus une autorité hiérarchique où ils sont simplement des exécutants. Ils veulent sentir qu’ils ont du contrôle sur leur vie, incluant leur vie au travail.» On peut donc se poser la question: est-il possible dans notre boulot de suggérer des façons de faire? De prendre des initiatives? D’exprimer nos opinions? Autant de façons d’exercer son autonomie.

2)Du sens à son travail:

«Je ne crois pas qu’on doive faire du bonheur notre ultime objectif, dit Véronique Dagenais-Desmarais, professeure de psychologie industrielle et organisationnelle à l’Université de Montréal. C’est prouvé, à trop chercher le bonheur, on finit par passer à côté. Je crois plutôt que l’accent devrait être mis sur le sens qu’on donne à ce qu’on fait ainsi qu’aux objectifs qu’on se fixe. Et prendre conscience aussi que le bonheur au travail ne signifie pas toujours être bien ou à l’aise.»

En fait votre actuel travail peut-être une étape vers un autre emploi plus réussi; dont vous pouvez apprendre de nouvelles choses , vous serez même utile pour les autres personnes.

3)Des attentes claires:

Il sera bien difficile de répondre , que ce soit de la part de notre supérieur, d’un collègue ou d’un client, quand on ne sait pas ce qu’on attend de nous.

Si vous garantissez la bonne humeur dans le travail , vous assurez grâce à cet ingrédient de bonnes conditions dans le travail. Le saviez-vous ? que si vous portez continuellement un masque de bonhomme sourire au travail est fatigant, démotivant et contre-productif, selon une étude américaine parue en 2012.

C'est très important d'Être poli, respectueux et aimable, absolument, mais on doit pouvoir «ventiler» de temps en temps et être vrai, authentique. Quand le bonheur devient une corvée, le sentiment d’être inadéquat et la déception sont presque inévitables. D’où l’importance d’avoir quelques collègues sympathisants avec qui on peut être vraiment soi-même, et idéalement, un patron compréhensif. On comprend que l’entreprise veut donner une image dynamique et positive, mais on doit aussi pouvoir exprimer notre mécontentement, au besoin.

5)Le sentiment de progresser:

Il faut savoir qu'on doit progresser pour qu'on s'améliore , sachant que «Si on ne progresse pas, on finit par stagner, un état qui nuit à la valorisation de notre travail et de soi-même, dit Véronique Dagenais-Desmarais. Cependant, progresser ne veut pas nécessairement dire gravir les échelons, mais plutôt développer son potentiel, apprendre de nouvelles choses, consolider ses forces.

Mais réussir dans tout ça peut se faire de plusieurs façons ; soit en accédant à de nouvelles fonctions , soit en avoir de différentes responsabilités.

6)De la reconnaissance:

Voilà pour vous un ingrédient de base, indispensable. Sans lui, l’amertume risque de prendre le dessus. Pire, ce n’est pas seulement notre indice de bonheur qui en souffrira, mais notre santé.

Par exemple, une étude britannique publiée en 2007 montre qu’un manque important de reconnaissance au travail peut augmenter jusqu’à 1,7 fois le risque de maladie cardiovasculaire et jusqu’à 1,9 fois le risque de détresse psychologique. «L’être humain a besoin de sentir qu’il existe aux yeux des autres et qu’il a une valeur, dit Jacques Forest. C’est un besoin fondamental.»

7)Un travail bien fait:

Si les conditions dans lesquelles on travaille ne nous permettent pas d’accomplir nos tâches adéquatement (attentes irréalistes, échéances trop brèves, charge de travail démesurée, par exemple), et que la situation persiste, on doit lever le drapeau avant que notre moral s’en ressente trop.

8)Un meilleur ami:

Le fait de travailler avec une équipe et des personnes avec qui on s’entend bien contribue à notre bien-être au boulot.

Des ingrédients facultatifs… mais très intéressants:

  • Essayez de personnaliser notre espace de travail par des photos et quelques objets significatifs, une phrase inspirante ou bien un livre à lire durant nos pauses… On s’entoure de choses qui nous font nous sentir un peu «chez nous».
  • Aidez et appréciez les autres. Dire «merci», sourire et donner un coup de main aux collègues qui en ont besoin, c’est travailler à créer un environnement de travail agréable tout en augmentant notre sentiment d’être utile.
  • Apprenez à relativiser. À moins d’avoir la vie de quelqu’un entre les mains, il n’est pas rare d’oublier que, justement, on ne sauve pas des vies! On a un peu de retard, on a fait une erreur? Avant de paniquer, on se rappelle que non, le monde ne s’écroulera pas sous nos pieds et que l’erreur est humaine.