Les restaurants seront fermés pendant les fêtes de fin d'année !

Pour limiter la propagation du Covid 19 , le premier ministère Jean Castex a déclaré que les restaurants resteront fermés même après le 01 décembre.

Devant le grand nombre des contaminés des décisions ont été prix concernant l'ouverture des restaurants , les propriétaires sont bien déçus. mais devant l'avancée de la propagation de cette pandémie , ils n'ont pas le choix.

Cependant, une source du journal Le Point précise que cette fermeture pourrait être prolongée jusqu'en janvier ou février 2021.

Tout le monde se demande ; Une réouverture le 15 janvier ?

Selon Le Point, le 15 janvier ou le 1er février 2021 seraient évoqués concernant la réouverture du secteur de la restauration. Donc si cette mesure sera appliquée, cela signifierait que ces commerces resteraient fermés pour les fêtes de fin d'année, ce qui menacerait encore plus leur chiffre d'affaire.

Si on veut parler un peu à propos ces restaurants , tout le secteur a connu des difficultés cette année : Il a été fragilisé à cause des fermetures précédentes.

Les restaurants, bars et brasseries ont dû mettre la clé sous la porte lors du premier confinement, du 14 mars au 2 juin. Puis, le couvre-feu a limité le nombre de clients.

Quant à eux les conséquences économiques pourraient être catastrophiques , surtout avec le reconfinement ces restaurateurs ont dû une nouvelle fois abandonner leur activité , si la fermeture sera prolongée !

Les propriétaires des restaurants ont poussé un cri d'alarme : Tellement la situation est très urgente ainsi critique , de nombreux restaurateurs sont inquiets quant à l'avenir de leur commerce et de leur profession.

Si des mesures d'aide ont été prises par le gouvernement, comme la prise en charge du chômage partiel ou la mise en place d'un fonds de solidarité, les commerçants craignent que cela ne suffise pas.

Certains ont alors décidé de faire un recours devant le Conseil d'Etat afin de contester cette éventuelle décision.

« La fermeture administrative de nos restaurants et bars s'appuie sur des raisons sanitaires. Or, aucune donnée chiffrée ne permet de justifier que les cas de contamination ont été plus nombreux dans ces établissements que dans la restauration collective », a affirmé l'Union des métiers des industries de l'hôtellerie, le principal syndicat de la restauration.